Les contrôles phytosanitaires

Prévention et tolérancephytosanitaires

Biodiversité. Les ravageurs pullulent rarement dans les milieux diversifiés. Ainsi, il est recommandé de planter diverses espèces de fleurs, de fines herbes, d’arbres et d’arbustes et d’aménager une rocaille et un point d’eau afin d’attirer les oiseaux, les insectes prédateurs et les crapauds. Ces alliés sont précieux pour l’équilibre du jardin et la santé des plantes.

Symptômes. Les infestations parasitaires récurrentes indiquent que les plantes poussent dans des conditions inadéquates. Il faut toujours considérer les facteurs environnementaux et culturaux pour effectuer le meilleur choix de végétaux et les maintenir en santé.

Les seuils de tolérance

Les plantes en santé peuvent tolérer un certain niveau d’infestation parasitaire sans être affectées. La tolérance est également une « vertu » que tout jardinier devrait pratiquer. La présence de quelques insectes indésirables ne signifie pas un recours systématique aux pesticides.

Seuls quelques insectes sont nuisibles. Les applications de pesticides nuisent notamment aux insectes pollinisateurs, aux coccinelles et autres insectes qui contrôlent les ravageurs. Leur disparition laisse donc tout le champ libre aux espèces nuisibles. Voilà une raison de plus pour rationaliser les applications de pesticides.

La démarche à suivre

Une démarche raisonnée s’impose pour solutionner un problème d’insectes ou de maladie :

  • bien identifier le parasite en cause;
  • vérifier sa provenance et ses lieux de prédilection;
  • observer le degré d’infestation ou de dommages;
  • décider si un traitement est requis;
  • choisir le traitement approprié;
  • appliquer la solution choisie;
  • vérifier l’efficacité du traitement;
  • traiter de nouveau ou choisir une autre solution.

En cas de doute sur l’identification du pathogène ou sur le traitement approprié, il ne faut pas hésiter à consulter les conseillers experts des centres-jardin. L’examen d’un échantillon de la plante infestée aide à faire un diagnostic plus précis et à choisir le traitement approprié.

Le choix d’un traitement efficace

Il existe divers moyens simples pour maintenir les populations de ravageurs à un niveau acceptable avant d’utiliser l’arsenal des pesticides :

  • des arrosages avec un jet d’eau puissant afin de déloger les insectes;
  • le ramassage manuel des insectes ravageurs;
  • la taille des parties des plantes qui sont atteintes;
  • les pièges collants;
  • les plantes répulsives utilisées en compagnonnage ou en purin insectifuge.

Lorsque l’utilisation d’un pesticide s’impose, il importe de choisir en premier lieu les pesticides les moins toxiques pour l’environnement et pour la santé, qu’ils soient d’origine naturelle ou de synthèse.

L’utilisation de pièges et d’appâts que l’on fabrique soi-même est une stratégie qui consiste à attirer volontairement les ravageurs pour mieux les attraper et les détruire. Ainsi, on peut disposer à l’intention des perce-oreilles des rouleaux de papier journal ou de carton ondulé légèrement humide ou contenant un peu d’huile de sardine. Ils iront s’y réfugier en grand nombre. Les soucoupes remplies de bière et disposées au sol dans les plates-bandes sont efficaces pour noyer les limaces et les escargots.

Les principaux pesticides

Le savon insecticide. Savon composé d’acides gras qui détruit la couche cireuse du corps des insectes et obstrue les organes de respiration. Sans danger pour l’environnement et la santé humaine. Insecticide de contact à appliquer directement sur les insectes à détruire.

La roténone. Insecticide extrait de certaines plantes tropicales. Agit par contact et par ingestion. Appliquer fréquemment, surtout après une pluie. Trois types de roténone : en poudre, en poudre mouillable à pulvériser et en solution liquide. Non spécifique, ne pas l’appliquer en milieu de journée pour ne pas tuer les insectes pollinisateurs, attendre en fin de journée. Toxique pour les poissons, utiliser avec précaution à proximité des bassins.

L’huile pour stade dormant. Moyen de contrôle des ravageurs des arbres et des arbustes qui passent l’hiver sous forme d’oeufs ou de larves dissimulés dans les fissures d’écorce en les enrobant d’une pellicule huileuse, ce qui bloque leur respiration. Appliquer avant le débourrement des bourgeons et par temps doux où l’on ne prévoit pas de gel. Dans le cas des arbres fruitiers, pulvériser de la bouillie soufrée en mélange avec l’huile pour contrôler la tavelure.

Les insecticides chimiques Il en existe plusieurs types. Certains sont efficaces pour un grand nombre d’insectes, d’autres sont plus spécifiques. Ils agissent par contact ou peuvent être systémiques, c’est-à-dire qu’ils sont absorbés par toutes les parties de la plante et la rendent toxique pendant un certain temps.

Les fongicides. Produits destinés au contrôle des maladies fongiques des plantes causées par des champignons et des moisissures. On en retrouve en poudre, en poudre mouillable ou sous forme liquide. Leur mode d’action peut être par contact ou systémique.

Les centres-jardins offrent les services d’un centre d’information spécialisé sur les pesticides. Des spécialistes sont en mesure de conseiller adéquatement sur les meilleures méthodes de contrôle des ravageurs et des maladies.

Des recommandations sur l’utilisation sécuritaire des pesticides

Réduire les risques pour la santé en suivant ces recommandations :

  • acheter le bon produit;
  • lire le mode d’emploi et respecter le dosage;
  • porter des gants, des vêtements longs et un masque lors de la manipulation;
  • préparer de petites quantités afin de minimiser les surplus;
  • appliquer le produit localement et par une journée sans vent;
  • ranger les produits hors de la portée des enfants et des animaux domestiques.

Les ravageurs peuvent causer des dommages considérables à un jardin. Mais avant d’acheter n’importe quel pesticide, il importe de bien évaluer le problème, car les pesticides peuvent être très néfastes pour la santé et l’environnement. Tolérance et prudence sont de mise !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *